Les résultats du week-end : UT4M et Montée de la Sure

Publié le 23 Août 2015

Montée de la Sure :

 

Récit de Laurent G. :

 

Une vingtaine de coureurs étaient présents sur la grimpée de la Sure dont le départ était donné à Autrans ce samedi 22/08/15.

Les meilleurs coureurs ont laissé les 4 premiers km se dérouler à bon rythme, mais sans lancer d'attaque, du coup j'ai pu me faire plaisir à rouler quelques temps en compagnie de Benoit du GEC en tête de peloton. Je savais bien que ça ne pouvait pas durer, à environ mi-course je saute dès la première attaque et n'arrive pas à me refaire pour remonter sur des coureurs.

Je termine 17ème sur 18ème. Une très belle journée dans un cadre toujours aussi magnifique, une super organisation et une très bonne ambiance. Merci au GMC38 pour cette organisation et aux bénévoles !

UT4M :

 

Récit de Patrice :

 

Le sac est prêt depuis jeudi et on est organisés avec les 3 collègues relayeurs. Un coup d’œil au road book pour s’organiser sur les temps de courses, plus qu’à courir !!! La veille au soir, 8 infirmières à la maison pour une soirée, idéal pour ne pas stresser et premier travail sur le mental pour ne pas toucher aux chips, alcools, pizzas et autres mets délicats !!! Prémices du lendemain peut-être, je craque sur la fin pour une demi-flûte de clairette !!

 

Notre premier relayeur est un vrai coureur de trail extrêmement performant qui se remet d’une blessure, il doit mettre 6 heures pour avaler le Vercors, je pense donc partir vers 14h… Je consulte le suivi live des coureurs après mon petit déj, le nom de l’animal est déjà inscrit au pointage du sommet du Moucherotte !!! 1h27 depuis le palais des sports, 1 petite minute derrière le premier. Un rapide calcul m’envoie rapidement préparer les pâtes car je sens qu’on va filer à Vif plus vite que prévu.

 

On arrive en famille au départ à 13h, je m’enduis de crème 50 car ça cogne horriblement, le sac n’est même pas fermé que 4 relayeurs arrivent (du 5ème au 8ème) dont Michel !!! Il me met en garde contre la chaleur et ça me rassure sur les 2,5 kg d’eau salée que j’ai chargé à contrecœur vu le poids du sac. Je pars un peu à l’arrach’ et Clément me court après pour me donner les bâtons, ouf !!! Un oubli évité de peu ! C’est parti pour 48 km et 2800 m de D+.

 

L’homme devant moi est le 2ème du solo de l’an dernier, il n’y a que 7 coureurs passés pour l’instant, je m’attends donc à perdre au moins 30 places avant d’être avec des coureurs de mon niveau. Ma première bagarre est contre mon GPS qui ne veut pas démarrer, et il faudra attendre 3 km avant qu’il veuille bien commencer la course !!! Le futur vainqueur du parcours en solitaire me double sur le pont de Rivoire, on échange quelques mots sur la fraîcheur de la météo !!! Ca monte jusqu’au col de Lachal, mais je trottine les parties les moins pentues et ça déroule sur un bon rythme (enfin pour moi !!). Ensuite la descente sur Laffrey où un collègue qui m’attendait fait 500 m à mes côtés, c’est cool et cela m’amène au premier ravito où je retrouve le premier relayeur venu en voiture, je me restaure donc bien conseillé par Michel qui n’a que 2 mots à la bouche, sel et power-gel !!! Il avait raison !! J’ai perdu 8 places, mais je me sens bien et les craintes de tendinite du genou droit sont envolées !! 2h15 sont déjà passées…

 

Je repars pour une longue montée vers L’Alpe du Grand Serre qui se révèlera bien raide, la descente sur la station est bien « roulante » mais je la fais à allure modérée pour préserver mes cuisses, seuls freins pour les kilos de saucissons que je trimbale sous le maillot !!! Le ravito est là et c’est bienvenu car je n’ai pas assez bu sur cette partie, écœuré par le goût salé, je renouvelle donc intégralement la citerne et dévore des fruits secs !! Je repars avec encore 9 places de perdues, 4h50, 26 km et 1750 m de D+ de passés…

 

Une grosse montée vers le pas de la vache m’attend, et effectivement, je lève la tête et ça calme !! Le ton est donné dès la sortie des chalets et c’est bien encouragé par les habitants que j’entame la bosse. Il me faudra 1h40 pour faire les 4 km et 1050 m de D+, mais le paysage est somptueux et on s’encourage bien entre concurrents, on monte tous pas bien vite !!! Le soleil va bientôt se coucher sur le Vercors, pour moi ce n’est pas pour tout de suite ! La descente par les arêtes de Brouffier me rappelle la récolte de génépi de mi-juillet mais les célèbres cailloux merdiques du Taillefer sont toujours là et empêchent de cavaler bien vite dans cette descente, c’est donc vigilant que je m’approche du lac. Une crampe brutale et inattendue au mollet me fait chuter et je parviens in extremis à attraper le bout de la basket pour la faire passer, mais je resterai 8 mn assis avant de pouvoir repartir, heureusement plus aucune crampe ne viendra perturber la fin du relai…Ensuite légère remontée puis descente sur le Poursollet, à l’entrée dans la forêt, la frontale devient indispensable, la nuit est tombée d’un coup !! Descente prudente pour s’habituer à l’obscurité, puis parcours vallonné et cassant jusqu’au ravito au lac du Poursollet. Ambiance terrible au milieu de nulle part, avec déguisement de sorcière et potion magique !! Je succombe à l’appel de la potion, une fée me garantissant son effet pour rallier Riouperoux. Un panneau attire mon regard, il annonce 11 km restant et 410 m de D+. Mon GPS est à 38,5 km et 3020 m de D+ (et il manque les 3 km du début !!). Un rapide calcul et une discussion avec un concurrent ayant repéré le parcours me font comprendre que se sera 52,5 km et plus de 3400 m de D+ !! On en rigole (pas tous !!) et repartons sous les applaudissements des sorcières !! 8h20 ont passé et je suis plutôt content du rythme pour le moment malgré 6 nouvelles places de perdues… Depuis le pas de la vache, j’essais de joindre mon successeur, mais aucun réseau n’est disponible sur l’ensemble du tracé depuis L’Alpe du Grand Serre, je comprends qu’il va devoir patienter longtemps car l’écart par rapport à l’horaire prévu est inévitable !!

 

La remontée vers le plateau du lac fourchu est très dure et les forces commencent à manquer, je me demandais depuis le début quand le manque d’entraînement allait se ressentir et ça arrive. Mais la traversée du plateau en plein milieu de la nuit, seul avec les cris lointains des chevreuils est magique, mais pas plate !!! Je peste un peu contre ces minis montagnes russes ponctuées par une ultime rampe vers le pas de l’Enviou, j’ai l’impression de n’avoir fait que de la montée depuis le départ, mais je vais bientôt la regretter !! La descente vers Riouperoux est un enfer, 3,7 km d’une pente terrible qui oblige à tout donner et même plus !! On entend sur le bas la clameur du passage de relai, mais comme pour achever le moral, on s’en éloigne de nouveau pour devoir tout retraverser et finalement remonter rive droite de la romanche. Il m’aura fallu 3h pour faire ce dernier tronçon et je rage intérieurement. J’ai l’impression d’avoir tout perdu dans cette descente mais sans regrets car j’étais à fond compte tenu d’un entrainement exclusivement basé sur le VTT et le vélo de route. C’est épuisé mais heureux que je retrouve mon successeur qui par bonheur a bénéficié de la présence de Michel pour patienter un sacré bout de temps à Riouperoux !! Je lui laisse une ardoise gonflée d’encore 5 places et il part pour la montée infernale vers l’Arselle en 37ème position (soit 29 places de perdues !!).

 

Je rentre vers un long week-end de récupération qui me fera plus souffrir que la course. On se retrouve samedi pour accueillir notre dernier relayeur qui arrivera avant 16h en 39ème position sur 62 en ayant réalisé l’unique dépassement de notre parcours !! L’honneur est sauf ! Nous améliorons notre temps de l’année dernière de 30 mn (50ème sur 58) sur un parcours bien plus difficile (les premiers ont mis 1h15 de plus que ceux de l’année dernière). RDV sur la montée de la Bastille pour profiter du... buffet !!!

Rédigé par scale.over-blog.fr

Commenter cet article